Exposition du mois de « Mai » à la Galerie d’Art’bre (Profondeville)

galerie,

galerie20140503arbre2sptja.jpg

José Binon, sculpteur
Un artiste attachant et généreux, né à Jemeppe sur Sambre en 1944. Si son premier métier était forgeron, il devint aussi archéologue et fondateur d’un musée de la préhistoire.
Il fait partie de ces créateurs aux talents multiples, il s’est essayé à la peinture, le dessin, la musique et enfin la sculpture sur pierre. Travail de longue haleine et de patience.
José Binon se joue pourtant des difficultés avec une aisance prodigieuse, car à partir des pierres massives qu’il polit ou burine, il arrive à donner à l’œuvre un éclat très personnel, une légèreté dans les formes et les volumes, une vie insoupçonnée de la pierre elle-même. Beaucoup de ses œuvres sont abstraites, pures et simples où seul compte la beauté et l’équilibre.
Si pourtant parfois des personnages ethniques naissent sous ses coups de burin, de ses pointes, bouchardes, gradines et ciseaux, c’est qu’il est passionné aussi de préhistoire et des civilisations antiques.
 
Marie-Rose Gomand, peintre
Une artiste à part entière, passionnée par la peinture, la sculpture, l’infographie, l’illustration.
Elle développe un abstrait lyrique et onirique, ses œuvres se déclinent dans une atmosphère où la poésie règne en maître. Ses travaux traduisent souvent ses émotions ressenties. 
La pratique de l’infographie a été déterminante pour sa progression car cela lui permet de faire de la recréation virtuelle toujours en mutation. Marie-Rose Gomand utilise des photos de ses peintures qu’elle retravaille en associant les deux techniques, infographie et peinture.
« Je regarde… Et mes yeux ne voient plus la réalité de l’instant…
J’écoute… Les sons s’éloignent pour un moment…
Je pense… Je suis ailleurs… Sans savoir où exactement… »
Bienvenue entre rêve et réalité, de l’invisible infiniment petit, à l’éternité de l’infiniment grand.

 

galerie20140503arbre4sptja.jpg

Exposition d’avril à la Galerie d’Art’bre à Abre (Belgique)

arbre20140403profondeville1.jpg

arbre20140403profondeville2.jpg

André DEPT 

Il dessine depuis qu’il est tout petit. A exposé à Ecaussinnes, à Morlanwelz, à La Louvière, à Mons et à Tubize. La Province de Hainaut a acquit une de ses oeuvres en 1988. Après ses humanités artistiques, il suit une formation en graphisme et est gradué en Arts Graphiques. Il a reçu plusieurs prix pour ses affiches et ses logos. André Dept, emploie la technique du pastel sec qu’il étend sur le papier avec les doigts. Les œuvres tendent vers l’abstraction tout en conservant un élément figuratif réduit au minimum. Cet élément, on le retrouve dans tous les tableaux : c’est l‘arbre.

Mais cet arbre ne procède pas du monde végétal. L’arbre est un trait d’union entre le monde spirituel et le monde matériel, il faut le voir comme un monde à part dans lequel on peut traduire tous les climats que l’on sent. Cet arbre devient le symbole du thème que l’artiste a voulu représenter, thème qui tourne autour de la position de l’individu face aux contraintes de la vie ou de la société. Mais il devient également le prétexte d’une recherche purement plastique.

Malgré l’impression de recherche esthétique qui s’en dégage, les tableaux d’André Dept sont le fruit d’une écriture pulsionnelle. Un paradoxe expliqué par la vitesse d’exécution de l’artiste. Son but est d’avoir une plage colorée qui exprime un climat, une tension, avec un minimum de signes pour traduire le sujet.

A l’occasion de cette exposition, André Dept utilise la technique du pastel sec pour interpréter aussi des thèmes qu’il aime particulièrement, comme par exemple une éruption volcanique, un Tsunami dans ce qu’ils ont de beau et d’effrayant à la fois. Certains tableaux sont aussi pour lui le prétexte de réaliser des ciels ou des reflets dans l’eau en repoussant au maximum les limites de la technicité.

 «Je vis d’une image commerciale que j’élabore pour les autres. Faire des images à moi me permet de me retrouver et de transcrire de façon plastique ce que je ne veux pas dire avec les mots. Représentatif sans figuration, abstrait sans irréalisme et symboliste sans code, mon art ne se rattache à aucune tendance moderne ni ancienne. J’ai mes images à moi. J’ai ma propre idée des choses. Je ne vois pas les choses comme elles sont. Je vis dans mon monde et je dessine d’après ma vision intérieure».

 

Myriam Cassiers

 Au cours de son apprentissage auprès d’un atelier de vitrail bruxellois et de son passage dans diverses écoles, l’Académie des Beaux-Arts de Namur, l’Insituut voor Kunst en Ambacht à Malines et de Academie voor Beeldende Kunsten Mechelen où elle poursuit sa formation, Myriam Cassiers a testé différentes techniques du travail du verre telles que le vitrail, le soufflage, le moulage, le thermoformage, etc.

Elle présente des œuvres réalisées selon la technique de la sérigraphie sur verre fusionné. Par ces techniques elle cherche à mettre en lumière l’invisible, ou si l’on veut l’âme de la matière. 

 «Un travail surprenant, au résultat inattendu. La source d’inspiration de Myriam Cassiers est partiellement puisée dans le réel, mais un réel transfiguré au final par le travail de la lumière, un réel qui se décompose au moment de la création pour se recomposer autrement, pour atteindre une nouvelle vie». 

S. Morgan – Le Wolvendael – novembre 2009

arbre20140403profondeville3.jpg

Exposition de février à la Galerie à Arbre

culture, exposition, peitures,

arbre20140208galerie2sptja.jpg

Magda Van Holsbeeck

Etudes à Académie des Beaux-Arts d’Alost

“Je fais des figurines en céramique qui au départ sont en argile blanche. La cuisson initiale se produit à 1050 °C.

Ensuite, je commence à vernisser les figurines :
– soit cuites dans le four électrique à 1150 °C 
– soit chauffées de façon ‘raku’ dans le four à gaz.

La céramique est un jeu de terre et de feu. Travailler l’argile est une des premières techniques que l’homme a trouvé il y a 20.000 ans.

C’est l’érosion qui forme l’argile : la pluie, le vent, le soleil et l’eau qui font que les roches se morcelles et se cassent. Ainsi celles-ci deviennent des pierres, des cailloux et enfin il ne reste que des particules minuscules qu’on appelle l’argile.

L’argile douce et pliable devient dure et indéformable à la cuisson, elle ne rouille pas et ne périt pas. Une figurine en argile existe pour l’éternité, mais elle est délicate et fragile en même temps.

C’est vraiment mon grand plaisir de pétrir de l’argile, de modeler et de créer avec cette matière extraordinaire.

L’idée, la fantaisie est pétrifiée et de cette façon devient visible et palpable.

arbre20140208galerie3sptja.jpg

Françoise Jetteur 

L’art numérique, j’ai vraiment trouvé ce que j’aime mais le dessin, le trait avant tout.

Le dessin plutôt que la peinture ou la couleur.

Une pression de l’outil selon mon humeur, des traits amples ou contenus, la couleur vient après. L’outil peut varier du fin porte-mine au feutre ou au bic.

Professeur d’arts plastiques, j’ai suivi récemment une formation de 4 ans en art numérique à l’académie.

Le dessin (sur papier de croquis le plus souvent) est scanné, agrandi et mis en couleur à l’ordinateur en incorporant parfois des photos, des textures. La technique évolue, le trait aussi.

Je dessine surtout des personnages dans des scènes de la vie courante.

Parfois des animaux : oiseaux , chiens, chats, souris et imaginaires.

L’environnement est souvent onirique.

Je ne veux pas dessiner de choses tristes, j’ai une préférence pour les ambiances  sereines non dépourvues de candeur et d’un peu d’humour.

LE CHEMIN DES SORCIÈRES à Lustin (Belgique)

 

Le chemin des Sorcières

Organise

 

Son 3 ème plus PETIT marché de Noël du monde.

Le samedi  21décembre

À partir de 17 heures 30

 

Nous vous attendons dans les jardins merveilleux de la rue «Tigneu Boni» qui pour l’occasion revêtiront leurs plus belles parures de Noël.

Nous vous proposerons une dizaine de stands se composant :

Articles cadeaux, huîtres, tartiflette, PDT farcies au foie gras, filets de hareng marinés à la picarde, vin chaud

Pour les petits : crêpes, chocolat chaud.

Un buffet desserts vous sera proposé par les Scouts de Lustin.

Pour les enfants, une petite marche à la lampe de poche et un conte seront organisés par la bibliothèque « le Foyau » départ prévu 19h30.